Actualité

Bonjour

Je suis Samuel Zarka, sociologue, post-doctorant au Centre d’études de l’emploi et du travail (CNAM-CEET) et membre associé du Centre Maurice Halbwachs (CNRS, ENS, EHESS).

Mes travaux portent sur les recompositions des mondes productifs dans le temps long, au prisme des acteurs et des institutions.

Ce site en présente l’essentiel.


Studio de Bry-sur-Marne, 2015

 

Publication – L’émergence de l’équipe dans les théâtres de prise de vues cinématographiques (1905-1914)

Présentation

En partant de la transformation organisationnelle qui affecte la compagnie de cinéma Pathé au milieu des années 1900, telle que la restitue l’historien Laurent Le Forestier, nous proposons dans cet article de porter un regard sur l’acte de travail tel qu’il se déroule ainsi que sur ses marges de manœuvre. Notre hypothèse sociologique tient dans l’idée que l’industrialisation de la production dans les théâtres de prise de vues est solidaire de la consolidation d’une modalité spécifique du travail : le travail en équipe, s’appuyant sur la coopération de différents spécialistes et/ou départements techniques (mise en scène, prise de vues, décoration, etc.) dans la fabrique de prototypes. Dans cette perspective, la genèse du style Pathé, mais aussi d’autres compagnies de l’époque, peut être saisi autrement que par un paradigme industrialiste insistant sur les méthodes ou par le paradigme auctorial dominant.

Citation

Zarka, Samuel. « L’émergence de l’équipe dans les théâtres de prise de vues cinématographiques (1905-1914) », Annales des Mines – Gérer et comprendre, vol. 146, no. 4, 2021, pp. 51-60.

Accéder à l’article

 

Les laboratoires de biologie médicale : première ligne ou zone grise de la politique sanitaire ?

Projet de recherche au Centre d’études de l’emploi et du travail (post-doctorat 2021-2022)

Ce projet part de la situation paradoxale dans laquelle le personnel salarié de ces laboratoires a été placé durant la crise sanitaire. Faisant partie des métiers de « première ligne », c’est-à-dire en contact direct avec des malades et la maladie, ces salariés ont pourtant été tenus hors champ des mesures de revalorisation du Ségur de la santé. Les laboratoires font ainsi figure de zone grise de la politique sanitaire, alors même qu’ils sont traversés par plusieurs dynamiques, dans lesquelles la crise s’est imbriquée : concentration, rationalisation des procédés, centrage de l’énonciation de la norme juridique au niveau de l’entreprise, mais aussi revendication relative aux salaires et diplômes des techniciennes d’analyse, fonction à prédominance féminine centrale au sein des laboratoires. Au regard ces différentes dynamiques, son projet de recherche sur un an vise à observer les effets structurels de la crise sanitaire sur le travail et l’emploi, mais aussi l’attitude des acteurs sociaux face à ces effets. À cette fin, il associe un regard statistique sur les conditions d’emploi et de travail, à une analyse de l’action des directions et des collectifs de travail, pour réguler les effets de la crise.